#quedesbonnesondes

Publié le vendredi 26 octobre 2018 à 11:21

Nous en faisons ponctuellement l’écho dans nos rendez-vous d’information : les faits de harcèlement digital peuvent avoir de terribles conséquences. Internet peut parfois virer au cauchemar, parce que les mots hargneux qui y sont partagés ont un impact dans la vie réelle.

Le phénomène des haters et du harcèlement en ligne n’a de cesse de grandir au fil des ans :

  • Une personne sur deux a déjà été confrontée à des haters sur Internet, pour la plupart sur les réseaux sociaux. Et elles sont aussi une sur deux à avoir déjà pensé quitter les réseaux pour cette raison.
  • Plus de 80 % des personnes sondées pensent que la haine sur les réseaux sociaux est dangereuse.
  • Elles sont 70 % à se dire prêtes à s’associer à un mouvement pour faire cesser ce phénomène et 74 % à penser qu’il est urgent d’agir !

Conscients de l’enjeu et de leur capacité de mobiliser, Bel RTL, Radio Contact & Plug RTL s’associent au Ciné Télé Revue dans le cadre de l’opération #quedesbonnesondes !

 

L’objectif poursuivi par #quedesbonnesondes est très simple : souffler un vent de positivité sur le web, notamment en poussant chaque internaute à remettre en question son comportement en ligne, à mieux réfléchir aux conséquences avant de publier un commentaire.

Alors, avant de poster un commentaire, demandons-nous s’il ne contient que des bonnes ondes.

Découvrez la campagne:

 

Pour nous accompagner tout au long de cette campagne, trois ambassadeurs en or très actifs sur les réseaux sociaux : Jill Vandermeulen, Maria Del Rio et David Antoine.

Bien connus des téléspectateurs et auditeurs, mais aussi des lecteurs de Ciné-Télé-Revue, ils sont également de grands influenceurs sur les réseaux sociaux. Ils sont donc confrontés au phénomène des haters et très sensibles à ce problème.

 

“J’ai fait un gros bad buzz lorsque j’ai tourné une vidéo d’exploration urbaine avec un Suisse très connu, Le Grand JD, qui a plus de deux millions d’abonnés sur YouTube, en grande majorité des hommes”, explique Jill Vandermeulen. “L’idée, c’était la visite d’un lieu possiblement hanté. On ne parlait pas de religion, pas de politique, on donnait uniquement notre point de vue… Eh bien là, j’ai reçu, sur Twitter et YouTube, des menaces de mort, de viol, on m’a dit qu’on allait venir brûler ma maison… J’ai connu des soirées où j’étais morte de trouille que quelqu’un débarque chez moi !”

Maria Del Rio, elle, explique avoir la chance d’être aux commandes d’une émission radio le matin qui se veut positive, pleine d’énergie. “On tire avec nous une locomotive remplie d’auditeurs qui ont envie d’être de bonne humeur et qui nous communiquent leur sympathie”, confie-t-elle. “Ceci dit, si je ne reçois pas souvent de messages négatifs, il en suffit d’un pour avoir sur moi un impact terrible ! Ça provoque quelque chose de tellement frustrant et douloureux, parce que je n’ai pas le droit de répondre. Répondre, c’est donner de l’importance à ce genre de chose.”

“A l’époque, on n’avait pas la possibilité de s’exprimer comme aujourd’hui”, analyse David Antoine. “Derrière un ordinateur, c’est évidemment beaucoup plus simple. Et ça dérape parfois, parce qu’on a le sentiment qu’on peut être impuni, parce qu’on a l’impression que les gens réagissent et se rallient à notre cause, parce qu’on glane quelques likes…”.

Tous, nous avons un rôle à jouer ! Alors, chacun, engageons-nous !

Grâce au hashtag #quedesbonnesondes, vous pouvez contribuer à faire souffler un vent de positivité sur les réseaux sociaux.

Comment vous engager ?

 

  • Tournez sept fois vos pouces avant de commenter un message sur les réseaux sociaux afin d’être bien certain de n’envoyer #quedesbonnesondes
  • Partagez cet esprit positif sur les réseaux en utilisant le #quedesbonnesondes dans un maximum de posts.
  • Dessinez notre signe de ralliement (voir dessin ci-dessous) sur la paume de votre main, prenez-vous en photo main en avant et partagez le cliché sous le #quedesbonnesondes

 

Ils s’engagent: